Accueil » 3 questions à... » Joachim Crochemore

Joachim Crochemore

Joachim Crochemore est président de l’association Son d’unité, qui fait connaître les cultures et les patrimoines d’autres pays. Il organise des stages de découverte des rythmes afro-cubains destinés à tous les publics. 

 

À quelles valeurs essentielles de l’Unesco êtes-vous particulièrement attaché ?

Sans mémoire, pas de futur envisageable, sans repères, pas de direction commune. À l’heure du repli identitaire et du rejet d’autrui, le travail sur la connaissance des cultures et des patrimoines est fondamental pour une vraie rencontre entre les peuples. En tant qu’artiste et pédagogue, il me semble essentiel de chercher à éveiller la curiosité, et de susciter l’envie d’en savoir plus sur notre monde et ses richesses. On apprend souvent à se connaître soi-même dans le miroir de l’autre.

Dans quel projet êtes-vous impliqué et qui rejoint les combats de l’UNESCO ? 

L’association Son d’unité créée en 2003, dans laquelle je m’investis, porte le projet ISOKAN, qui signifie « ensemble » en langue yoruba. Ifa est le nom de cette spiritualité, classée en 2008 au Patrimoine immatériel de l’Humanité par l’UNESCO. En 2018, l’idée est de donner un coup de projecteur sur cette culture faite de médecine, de chants, de danses, une spiritualité divinatoire basée sur un corpus de textes sacrés et de traditions. Nous ponctuerons notre manifestation par un festival en France, très certainement à Rouen. Nous travaillons également sur l’écologie, car les divinités attachées à Ifa représentent avant tout des éléments naturels et peuvent sensibiliser le public français à un enjeu universel.

Notre Métropole veut être un Territoire pour l’Unesco. Quelles priorités définiriez-vous et quelles initiatives seraient opportunes pour faire vivre les objectifs de l’UNESCO ?

Le patrimoine matériel et immatériel de l’UNESCO représente un héritage immense à entretenir et léguer à nos enfants. Notre Métropole peut s’associer à l’UNESCO pour promouvoir ces richesses grâce aux nouveaux moyens de communication, mais aussi à travers des démarches plus populaires comme des conférences, des débats, des festivals… L’association Son d’unité a choisi d’éditer l’année prochaine un recueil de chants et danses pour les jeunes publics. Les textes seront en français et les musiques principalement inspirées de Cuba. À noter que la rumba cubaine, style musical très populaire, a été classée en 2016 au patrimoine immatériel de l’UNESCO également…