Accueil » 3 questions à... » Ibrahim Dem

Ibrahim Dem

Fortement impliqué dans la lutte contre tous les phénomènes d’exclusion à travers une démarche d’éducation populaire, Ibrahim Dem a créé l’association Peacemaker, lauréate Cré’actif en 2013. Issu du monde de l’animation, il aime penser que tout individu est capable de transformer la société et espère parvenir à tisser des liens avec un réseau d’acteurs investis.

 

À quelles valeurs de l’Unesco êtes-vous le plus attaché ?

L’association est sensible à la notion d’éducation. Pour nous, c’est une valeur centrale. Elle porte le combat d’une population, elle donne à tous les moyens et ressources pour agir et, surtout, elle libère les consciences en permettant à tous de disposer de savoirs communs. L’éducation devrait se faire de manière équitable, tout en étant transversale afin de répondre à chaque attente. Les acteurs éducatifs sont également essentiels et c’est pour cela, qu’au sein de la structure, nous souhaitons partager des temps, des moments éducatifs.

Pouvez-vous nous faire part d’une action dans laquelle vous vous êtes impliqué et qui rejoint les combats de l’UNESCO ?

Nous mettons en place dans notre structure un projet nommé « la Faculté des savoirs ». Elle a tout d’une faculté traditionnelle mais elle dispense une pédagogie alternative en faveur de tous. Notre priorité est que le public que nous accueillons puisse disposer des savoirs et ressources qui lui permettront d’être dans cette question de liberté de conscience. Le programme se base sur des initiations proposées par des amateurs, des professionnels et/ou des acteurs, et c’est alors que la magie opère lorsque l’intérêt est suscité. Nous semons une graine, permettons le tâtonnement, et accompagnons chaque participant de la faculté a reprendre goût d’apprendre, transformer, produire, débattre, agir pour soi et pour les autres.

Notre Métropole veut être un Territoire pour l’Unesco. Quelles priorités définiriez-vous et quelles initiatives seraient opportunes pour faire vivre les objectifs de l’Unesco ?

Il nous semble primordial que les actions de la Métropole soient avant tout des vecteurs de l’émancipation. Il est, selon nous, de notre mission de promouvoir des valeurs humanistes et culturelles. De ce fait, la Métropole, ses 71 communes, et ses milliers d’acteurs se doivent d’agir en concert, en harmonie et en complémentarité, afin de donner à tous l’opportunité de faire vivre la société et surtout de la faire progresser.