Accueil » 3 questions à... » Abdelkrim Marchani

Abdelkrim Marchani

Abdelkrim Marchani est président du Club Hessel, club de réflexion de la scène normande qui se propose d’animer le débat public autour de questions qui préoccupent le citoyen.

 

À quelles valeurs essentielles de l’Unesco êtes-vous le plus attaché ?

Toutes les valeurs de l’UNESCO sont nobles et importantes. Mais celles de l’éducation de qualité pour tous les enfants (fille ou garçon) et du dialogue interculturel sont aujourd’hui à mon sens indispensables. Le monde rétrécit, nous devons donc apprendre à nous écouter et échanger pour que l’humanité prospère dans la paix et le partage tout en respectant notre planète et ceux qui l’occupent.

 

Pouvez-vous nous faire part d’une action dans laquelle vous vous êtes impliqué(e), ou que vous avez observée, et qui rejoint les combats de l’UNESCO, en précisant vers qui cette action était orientée ?

Notre action a pour objectif principal de donner du sens à la démocratie. La crise des représentativités que nous vivons aujourd’hui met à l’épreuve notre système démocratique.

Une de nos actions est d’expliquer et décoder les outils de la démocratie pour les vulgariser, les partager et ainsi inciter les citoyens à participer à la vie de la cité à travers tous les modes qui lui sont proposés et d’en créer de nouveaux. Ainsi nous organisons des formations : éducation civique, qu’est-ce qu’une ville, un département, une région… afin de mieux maîtriser les compétences de chaque institutions ou des Cafés-débats pour permettre aux citoyens de s’exprimer sur les sujets politiques et sociétaux.

 

Notre Métropole aspire à être un Territoire pour l’Unesco. Quelles priorités définiriez-vous compte tenu de la période et de la physionomie des communes, et quelles initiatives seraient opportunes pour faire vivre les objectifs de l’UNESCO ?

L’histoire, la diversité, le positionnement géographique et la fierté du territoire sont autant d’atouts que nous possédons pour faire vivre les valeurs de l’UNESCO dans notre métropole.

Nous traversons un moment historique en France et les évènements malheureux que nous avons connu en début d’année doivent nous interroger. 

Les métropolitains doivent sur les valeurs républicaines communes apprendre à se connaitre dans leurs diversités et leurs différences. La différence est une richesse et toute initiative qui permet de mieux connaitre l’autre contribuera à construire la paix dans l’esprit des hommes et des femmes.

Je souhaite que nous soyons à Rouen métropole les premiers à construire les ponts nécessaires à notre cheminement vers la citoyenneté.